À voir, à faire


Dans notre village, vous aurez la possibilité de vous loger, de vous restaurer, de profiter de commerces locaux.

« Un village où la charrue et le doris sont à un jet de pierres » (Chateaubriand)

Vous découvrez tout notre village : Terre et Rance, les plaisirs de la Rance, le charme de notre bourg en suivant les chemins de randonnée, les chemins qui conduisent à la Rance : les bas-champs, la grève de la Ville Ger. Venez apprécier la plage de Mordreuc, et profiter de nos sentiers de randonnée dans la vallée réhabilitée du Val Hervelin.

La vallée de la Rance et plus particulièrement la commune de Pleudihen-sur-rance, est connue depuis toujours pour la variété de ses pommes et la qualité de son cidre à déguster avec la galette de blé noir.






Plan des points remarquables
   







Chance et garantie d’ancienneté, ce nom figure dans la « Vie de Saint Lunaire ». Ecrite en latin, elle reprenait un écrit antérieur qui lui-même consignait une tradition orale certaine enjolivée par la légende, tradition qui remontait au VIème siècle.
« Alors qu’il était en chemin, voici qu’en un endroit au-dessus du fleuve appelé Rance, dans un village nommé Mordreuc… » En fait, « Moitruc » dans le texte latin. Tant pis pour une explication « Mer des Druides » qui a la vie dure !
MORDREUC est composé de deux noms bretons : « mor » : la mer, et « truk : « treuk » en breton moderne, le gué, le passage. MORDREUC, c’est donc la traversée de la mer.
Avant le barrage d’EDF, la Rance était guéable à marée basse.




Cette femelle phoque, appartenant probablement à la colonie du Mont Saint-Michel, vit depuis 5 ans maintenant en Rance, plus exactement à la Cale de Mordreuc où elle a élu domicile à l’année, pour le grand plaisir des petits et grands.









Dévastée par la tempête, elle fit l’objet d’une vaste restauration en 1995.
Dégagée des arbres abattus et rendue accessible au public grâce à la passation d’une convention entre la commune et les 33 propriétaires de la vallée, plus de 5 000 arbres y furent plantés en association avec les enfants des écoles. L’endroit, d’une grande beauté, offre au promeneur des paysages variés en fonction des chemins empruntés.



La visite informe le visiteur sur l’origine de la pomme, ses différentes espèces, ses maladies, sa récolte et la fabrication du cidre. Le parcours se termine par une dégustation (La Ville Hervy – 02 96 83 20 78).



A Mordreuc, comme au village des bas-champs, vous pouvez voir les souilles où échouaient les gabares de Pleudihen.
Les souilles de mordreuc étaient empierrées. Saint-malo avait besoin de bois de chauffage, les gabares, lourdes embarcations aux voiles de toile rousse, vont le transporter au gré de la marée et du vent. Les gabares ont assuré le transport du bois, depuis la fin du 16ème siècle, jusqu’à la guerre de 1914-1918.
Les fours à chaux de Mordreuc servaient à transformer le calcaire en chaux vive. On enflammait un mélange de bois ou charbon avec le calcaire. Une fois la chaux éteinte, elle servait en construction ou en agriculture pour diminuer l’acidité des sols.



Sa grève, seule dune de sable que l’on connaisse en bord de rivière en bretagne. Aigrettes, tadornes, hérons vivent sur cette vaste étendue d’herbus. Tables de pique-nique – camping.



Joli village où le poète aime se reposer, hâvre de paix – ancien village de pêcheurs.



Découverte du bâti, village fleuri, chapelle Sainte-Ouine, chemin d'accès au moulin du Prat.