Jumelée avec Herschbach en Allemagne

Louis Sellin, un résistant pleudihennais.

10 avril 2019

Imprimer

En 1943, Louis Sellin prend le commandement de la Gendarmerie de Pleudihen. Déjà résistant dans le maquis morbihannais de Saint-Marcel, il poursuivra à Pleudihen ses actes de résistances. De nombreux Pleudihennais et gens des environs témoignent de son action. Grâce à lui, beaucoup ont évité le STO (Service de Travail Obligatoire) en Allemagne et d’autres ont pu échapper aux rafles. Lui n’échappera malheureusement pas à la déportation. En 1944, il est arrêté par la Gestapo et disparaîtra dans un camp de concentration. A Pleudihen, sa mémoire perdure fièrement et chaque année, à travers lui, nous rendons hommage aux nombreux déportés de la guerre 39-45.

De Névez à Pleudihen en passant par Plouay.

Louis SELLIN est né le 18 novembre 1902 à Névez dans le Finistère. Il entre dans la Gendarmerie en Juillet 1928 à la Garde Républicaine mobile de Brest. Durant la Guerre, il commande la brigade de Plouay dans le Morbihan. Animé d’un ardent patriotisme, il est déjà un résistant actif dans le maquis de Saint-Marcel. En 1943, l’Adjudant SELLIN est affecté à Pleudihen en tant que commandant de la Gendarmerie.

Commandant de la Gendarmerie de Pleudihen sous l’occupation.

En 1943, l’Adjudant SELLIN est affecté à Pleudihen en tant que commandant de la Gendarmerie de 6 ou 7 unités. Là, dès qu’il a connaissance d’informations, il alerte les personnes concernées, Pleudihennais ou habitants de communes voisines, tard le soir ou dans la nuit, afin de leur permettre d’échapper aux rafles ainsi qu’au STO (Service du Travail Obligatoire) en Allemagne.

Louis SELLIN, gendarme résistant "Mort pour la France"

Arrêté par la Gestapo et déporté en 1944.

A la fin avril 1944, il est détaché à la brigade de Callac (22) pour une mission de protection de dépôts de carburants. Le 7 mai, la Gestapo de Saint-Brieuc vient à Pleudihen pour l’arrêter. Son épouse indique qu’elle ignore où il se trouve. Les Allemands menacent alors de la fusiller ainsi que sa fille. Louis SELLIN est arrêté le 22 Mai 1944 à Callac et conduit en direction de Saint-Brieuc puis de Rennes où il restera jusqu’en août. Interné ensuite à Belfort, il est déporté le 1er septembre 1944 au Camp de concentration de Neuengamme près de Hambourg dans le nord de l’Allemagne (Kommando Wilhemhaufen, matricule 43799).

Chevalier de la Légion d’Honneur.

Il est considéré comme disparu depuis le 5 Avril 1945 à l’âge de 42 ans. A cette date, l’adjudant Louis SELLIN est déclaré « Mort pour la France ». Ses cendres ont été transférées au cimetière militaire de Montauville en Meurthe-et-Moselle (54).

L’adjudant Louis SELLIN est titulaire de la Médaille Militaire de la Résistance. Décoré de la Croix de Guerre 1939/1945 avec palme, il a été fait Chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume le 22 Septembre 1953.

Pleudihen lui rend hommage chaque année. 

En 1982, Edmond PLAYOUST, Maire de Pleudihen-sur-Rance, propose au Conseil Municipal d’ériger un Monument en hommage à Louis SELLIN et aux déportés. Il est inauguré le 11 novembre 1982.

Page en cours de réalisation.

à suivre…

Louis Sellin – lien vers d’autres articles  (EN COURS)
Retrouvez via ce lien.

Last modified: 28 avril 2019

Comments are closed.