Jumelée avec Herschbach en Allemagne

Visite de Gérard Larcher, Président du Sénat, à Pleudihen

28 août 2019

Imprimer

Une journée en Côtes-d’Armor pour le président du Sénat

A l’initiative de notre sénateur Michel Vaspart, Gérard Larcher, Président du Sénat, était en visite officielle dans les Côtes-d’Armor, le vendredi 23 août 2019.

Accueil sous le soleil, sur l’esplanade de la Mairie.

Notre commune a eu le privilège de l’accueillir le matin avant qu’il ne rejoigne Dinan pour rencontrer les élus du département. Le Sénat est la Chambre qui représente nos collectivités territoriales. Son Président n’est autre que le deuxième personnage de l’État dans l’ordre de préséance après le président de la République. Ce moment, exceptionnel, marque l’histoire de notre village.

Cependant, c’est bien l’homme, lui-même, qui aura marqué les personnes présentes par sa brillante analyse de la situation de nos collectivités et des enjeux auxquels elles doivent faire face, le tout emprunt d’une culture remarquable et d’une expérience indéniable. Plusieurs Pleudihennaises et Pleudihennais ont eu la possibilité d’échanger avec lui et tous ont apprécié l’ouverture et la simplicité du personnage.

Accueil chaleureux et découverte de Pleudihen-sur-Rance

Le Président a salué chaque élu du conseil municipal.

A son arrivée, le maire, David Boixière, lui présente individuellement les élu(e)s du Conseil. Le programme sur Pleudihen étant particulièrement dense et le temps limité, le maire pris la parole brièvement. L’occasion pour lui de présenter en quelques mots la commune et de soulever quelques sujets d’inquiétudes auxquels le Président apporta immédiatement des éléments de réponses.

Puis c’est notre sénateur, Michel Vaspart, qui présente succinctement le Sénat et les dossiers qui le mobilisent (loi « littoral », désertification médicale…). Il insiste sur les bonnes relations de travail qui règnent au sein de cette Chambre « toutes tendances politiques confondues ». Un climat serein, malgré des points de vues souvent différents, qui permet de dépasser les clivages tout en conservant le sens critique de chacun. L’intérêt, pour lui, étant de pouvoir débattre en toute indépendance afin de trouver des solutions partagées qui émanent des territoires.

Le Président prend ensuite la parole. Alors que le maire avait indiqué que le dernier haut représentant de la Nation à avoir visité Pleudihen était l’Empereur Napoléon III, en 1858 (cf « Pleudihen à travers le temps« ), Gérard Larcher en profite pour rappeler que la période du Second Empire fut une des seules après la Révolution où notre nation ne fut pas gouvernée par un système bicamériste. Il insiste sur l’importance pour notre démocratie de ce système institutionnel où le Parlement est divisé en deux chambres : l’Assemblée et Sénat. Dans la foulée, il répond aux inquiétudes du maire : rappelant son attachement à la strate communale, reconnaissant que la Loi NOTRe n’apportait pas les résultats escomptés et que les intercommunalités XXL nécessitaient des modifications légales pour en assouplir le fonctionnement et redonner du pouvoir aux maires, mission qu’il entendait mener avec le Sénat. Il exprime, à son tour, son attachement pour une juste représentation des territoires ruraux et son opposition à une réduction du nombre de parlementaires. Il ne manque pas de rappeler le plaisir qui était le sien de collaborer avec des sénateurs tels que Michel Vaspart dont il apprécie à la fois « la connaissance du terrain » et la ténacité pour faire aboutir des dossiers difficiles. Dans un trait d’humour, il précise que ce dernier devait « avoir la tête plus dur qu’un Finistérien du Nord, ceux des îles du Ponant, c’est dire ! ». Enfin, le Président conclut son intervention en citant un illustre de ses prédécesseurs, Sieyès, Président du Sénat en 1799, «La confiance doit venir d’en bas et le pouvoir d’en haut». Il ajoute « je suis persuadé que c’est à partir des expériences des territoires que nous pourrons faire émerger des propositions concrètes pour préparer l’avenir »

Centre-bourg, maison de Santé, le cidre et la Rance…

Promenade dans le centre-bourg…

Après ce temps d’accueil, le Président et la délégation sont invités à découvrir notre centre-bourg au travers d’une balade menant de la Mairie à la Maison de Santé. Une manière douce de découvrir les réalisations qui dynamisent et confortent notre village : la rénovation du centre-bourg et de l’église, la création de la place du verger, du lotissement pour seniors et du restaurant scolaire, l’extension de la Maison de Retraite, la création de la Maison de Santé ; ainsi que le prochain chantier : la réhabilitation de la rue du Val d’orient.

Discussions autour et sur la Maison de Santé.

La Maison de Santé et son nombre de professionnels (17) l’ont particulièrement impressionné. Il nous indiqua avoir inauguré des maisons de ce type « qui sont malheureusement encore vides de professionnels ». Cela a permis d’échanger sur les difficultés rencontrées par de nombreuses communes pour disposer de professions médicales. A Pleudihen-sur-Rance, cette problématique a été abordée en concertation avec les professionnels dont le Dr Gilles Gourga. Le Dr Françoise Van Dien, élue municipale, s’est aussi impliquée dans cette réalisation mais, occupée en consultation, elle n’a malheureusement pu se libérer. Cette concertation avec les professionnels a permit d’aboutir à une belle réussite, son extension est déjà à l’étude pour pouvoir accueillir d’autres professions de santé à l’avenir.

 

Au Musée du Cidre, Gérard Larcher a croisé les trois générations qui le font vivre.

Puis, direction la Ville-Hervy, où nous attendait la famille Prié dans son Musée du Cidre. L’occasion de rappeler que Pleudihen-sur-Rance est un « haut lieu » du Cidre breton et de saluer une diversification agricole réussie. Là, le Président a pu rencontrer les fondateurs, Jeanine et Jean-Yves Prié qui ont fait évoluer avec succès dans les années 80 leur exploitation en lieu de production cidricole et d’accueil touristique. Il apprécia au passage l’engagement de Jean-Yves qui fut élu municipal de 1977 à 2016. Puis, Philippe, Karine et Dominique qui gèrent aujourd’hui l’exploitation ont fait découvrir leur nouvel espace d’accueil et leur fabrication artisanale de cidre bio. En bon fils de producteur de cidre normand, Gérard Larcher s’est montré passionné et a pu apprécier pleinement leur cidre « différent de celui de mon père… mais c’était une autre époque ». Une visite pétillante avec vue magnifique au loin (derrière des pommiers bien entendu !) sur le clocher de Pleudihen.

 

A Mordreuc pour évoquer le problème de l’envasement.

Enfin, dernière escale pleudihennaise à la cale de Mordreuc où l’ambassadeur local, le phoque L9, confirma la qualité des eaux de baignade. Outre la découverte du site, l’objet était là bien d’évoquer le problème de l’envasement qu’il put constater de lui-même avec un passage par Lyvet. Michel Vaspart l’avait déjà sensibilisé sur le sujet en le tenant informé de ses démarches laborieuses et des contradictions entre les différentes administrations. David Boixière insista sur l’exaspération de riverains qui voient se dégrader un cadre unique avec le sentiment que leurs élus sont inefficaces… et celle de ces mêmes élus qui se battent pour certains depuis plus de 25 ans avec la sensation de ne toujours pas être entendus. Le Président a pris formellement l’engagement qu’il soutiendrait la démarche visant à trouver une solution pérenne. 

A Dinan à la rencontre des élus du Pays.

Pleudihen n’était que la première étape d’une longue journée. En fin de matinée, tous les élus du territoire étaient invités à un temps d’échange au Théâtre des Jacobins à Dinan sur le thème de « l’avenir de nos collectivités et de nos territoires ». Ce moment était suivi d’un repas « galettes-saucisses, cidre, far breton » (100% production locale !) avant qu’il ne procède à l’inauguration d’une plaque en hommage aux donateurs de la reconstruction des remparts de Dinan.

Le Président remplissant le Livre d’Or de la commune.

Discours d’accueil de David Boixière, Maire, prononcé devant Gérard Gérard, Président du Sénat, le 23 août 2019.

Monsieur Le Président, bienvenue !

Nous sommes honorés de vous accueillir et votre visite est pour notre commune un moment historique. Le dernier passage d’un des plus hauts représentants de la nation remonte au 18 août 1858 avec l’Empereur Napoléon III. Pour l’anecdote, il avait été accueilli par un arc de triomphe sur lequel on lisait « Pleudihen limite des Côtes-du-Nord, 5000 électeurs, 5000 voix pour l’empire ». Les temps ont changé, nos slogans d’accueil sont plus modestes mais croyez bien que nous sommes sincèrement honorés de vous recevoir ici, entre notre Mairie et l’église, au cœur même de Pleudihen.

« Pleudihen, village où la charrue et le doris ne sont qu’à un jet de pierre » comme l’écrira Chateaubriand. Une citation qui confirme un riche patrimoine à la fois agricole et maritime, puisque qu’avant le Barrage de la Rance c’est bien la marée naturelle qui couvrait nos 14 kilomètres de rivage. Une histoire écrite entre terre et mer, entre une Rance océanique qui permettait les échanges et voyait des gabariers remonter jusqu’à Saint-Malo, et un terroir riche qui fournira des siècles durant des vivres et des paysans marins pour le port de Saint-Malo. De cette vallée abondante, nos cultivateurs tireront un cidre renommé dont nous profitons encore aujourd’hui. Vous découvrirez tout à l’heure le Musée et la fabrication artisanale de la famille Prié qui, avec la Cidrerie Val de Rance, entretiennent cette réputation et permettent de conserver de magnifiques vergers dans la région.

Pleudihen est un village où il fait bon vivre, notre label « 4 fleurs » confirme cette qualité esthétique et la volonté de préserver notre environnement. La vitalité de nos associations et le dynamisme de nos entreprises renforcent cette qualité de vie. Pleudihen, c’est aujourd’hui près de 3 000 habitants pour 1 300 emplois, un centre-bourg dynamique, 70 hameaux, une grande plage et un petit port, trois écoles et une maison de retraite, des infrastructures publiques équilibrées (raisonnables mais satisfaisantes), le tout baigné de beaucoup de convivialité humaine. Tout cela s’est construit progressivement, minutieusement au fil des ans, grâce à des femmes et des hommes engagés localement qui ont transmis cette volonté d’œuvrer pour le bien commun et d’aimer notre village.

Bref, M. le Président, vous avez devant vous un maire comme dans beaucoup de villages de France excessivement fier de sacommune, heureux de l’héritage qui lui a été transmis mais, malheureusement, un maire également inquiet… Notre société évolue, plus individualiste et consumériste dans ses comportements, plus exigeante à l’égard des instances publiques. La mobilité des populations s’accentue fragilisant le lien social et accélérant le vieillissement surtout en milieu rural. Dans le même temps les pouvoirs des maires et les moyens financiers des communes diminuent. Et puis, les réformes nationales censées remédier à nos problèmes viennent parfois les accroître. Le « moins de régions pour faire des économies », c’est finalement « moins de proximité et plus de dépenses ». Pour autant, on continue avec les intercommunalités avec les mêmes principes et les mêmes inepties. Nos communes rurales souffrent de ces réformes et dont l’interprétation vire parfois à l’absurde. Le « bon sens » qui irriguait notre pays jadis semble dépassé par les normes et réformes en tout genre qui nous sont imposées. La Haute Assemblée que vous présidez à la lourde charge de représenter nos collectivités locales. Votre tâche est énorme et il est impératif que nos territoires soient défendus avec le particularisme qui est le leur. Mais après avoir déraciné les élus avec la loi sur le non-cumul, on envisage maintenant la réduction du nombre de parlementaires. Même si cela est impopulaire, je m’insurge personnellement contre ces réformes populistes qui accentueront la non-représentation de nos territoires ruraux. M. le Président, je ne pouvais pas vous recevoir ici sans vous faire part de ces inquiétudes et je sais combien vous êtes sensible à ces sujets.

Avant de vous proposer une promenade qui nous emmènera jusqu’à notre Maison de Santé, nous vous remettons trois ouvrages :
l’un de clichés des bords de Rance, pour découvrir en images la splendeur de notre Pays ; le second sur l’histoire des moulins à marées, témoins séculaires de la puissance de la Rance maritime et de la richesse de son terroir ; et enfin, une Bande Dessinée qui retrace les péripéties du commando SAS qui fut largué sur la Bretagne le 5 juin 1944 et auquel participait un des 15 Pleudihennais ayant répondu à l’appel du Général de Gaulle. Il s’appelait Émile Bouétard et fut le premier mort de l’opération Overlord pour la libération de notre pays. Merci encore de nous avoir fait l’honneur de votre présence. Permettez-moi de remercier celui qui a rendu ce moment possible, il sert brillamment notre territoire depuis plus de 40 ans et vous pouvez juger de son efficacité au Sénat, je remercie très chaleureusement Michel Vaspart l’instigateur de cette journée. M. Le Président, j’espère que ce passage sera une mise-en-bouche que vous apprécierez, une invitation à revenir découvrir pleinement la qualité des gens d’ici. Merci d’être venu à notre rencontre et excellente journée dans le Pays de Rance.

David BOIXIERE, Maire de Pleudihen-sur-Rance.

Retour en images sur cette belle matinée… (merci à nos photographes Grégory Garrosso et Dominique Vannoote)

Fort d’une expérience de 5 mandats de maire, le président apprécie à sa juste valeur l’engagement des élus municipaux.

Michel Vaspart a exprimé sa fierté de servir sa commune et son Pays notamment au travers de son engagement au Sénat.

La découverte des « maisons seniors » a été l’occasion de rencontres conviviales.

Au Musée du Cidre, Karine, Philippe et Dominique ont présenté avec passion leur activité.

Pour la gestion des sédiments de la Rance, le président s’est engagé à soutenir l’action des parlementaires pour obtenir le classement de l’électricité produite par l’usine marémotrice en énergie verte.

Last modified: 31 août 2019

Comments are closed.